On a fait 12 nuits dans le bus, on vous raconte !

Les potes nous avaient prévenu : les trajets en bus, plus jamais. En même temps leur dernier voyage en bus datait d’environ 1987, dans un vieux car Volvo qui sentait le sandwich de gosses allant en classe de mer. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Alors les potes en question n’ont pas encore eu l’occasion de prendre à nouveau le bus, mais c’est un autre sujet.

Donc, pour vous raconter notre histoire, avec Mounir, Mathis, Estelle, moi – Flavia, nous nous sommes lancés un défi : relier le maximum de pays d’Europe en 12 jours. 12 jours, parce qu’on avait 2 semaines de vacances, et qu’on voulait pas rentrer trop éclatés !

Alors voici le trajet qu’on s’est fait en partant de Lyon (je précise : on est étudiants à Lyon) :

Lyon Barcelone : pour commencer à réviser l’espagnol ! Trop bien Barcelone, la plage et les Ramblas !

Barcelone Madrid : on s’en est sorti en parlant avec les mains (à l’italienne, je sais, c’est paradoxal)

Madrid Lisbonne : honnêtement le portugais c’était chaud, mais la mer à Lisbonne, wouha !!!

Lisbonne Bayonne : un trajet éprouvant avec un bus à l’ancienne

Bayonne Nantes : de retour au pays

Nantes Paris puis le bus Paris Londres : dans la même journée (ouch !)

Londres Bruxelles : une fois

Bruxelles Amsterdam : les champignons étaient bons, merci

Amsterdam – Copenhague : yes on est allé au Danemark, trop cool ce pays

Copenhague Berlin : beaucoup de paysages plats sur le trajet (j’ai dit monotones ?) mais la ville de Berlin vaut le coût !

Berlin Prague : super belle ville ! Regardez l’architecture de ouf de cet immeuble !

Prague Lyon pour finir…

Alors 12 trajets en bus, surtout la nuit, c’est costaud, mais le voyage était incroyable… Au total on a dépensé 330€ par personne, pour voir 10 pays qu’on n’avait jamais vu. Le kif absolu !

Je vous fais le Top 5 des meilleurs moments (parce que je ne vais pas vous parler des trucs moyens – et il y a toujours des trucs moyens) :

  • La glace sur un banc au soleil à Barcelone, bonheur suprême
  • Le sprint qu’a fait David pour courser le voleur à la tire qui finalement n’a pas volé son sac à dos
  • Le mec déchiré à Amsterdam qui avait l’intention de draguer Estelle mais là j’avoue que je me dois de ne pas dévoiler toute l’histoire…
  • L’attente à la gare routière de Bruxelles où l’on a tapé la discuté à des saltimbanques ouzbeks (on ne savait pas que ça existait).
  • Le trajet entre Nantes et Paris sur un Ouibus, le chauffeur qui commence à chanter Despacito, tout les gens du car était vraiment XPTDR.

Bref, des vacances un peu hors norme mais à refaire, carrément !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *